New landmark Abidjan Principles on the right to education and private actors adopted by experts

Professor Ann Skelton, chair of the Drafting Committee, and UNESCO Chair of Education Law in Africa, with Madame Kombou Boly Barry, UN Special Rapporteur on the right to education, present a drawing by artist  Yannick Ackatchy  to the Minister of Education, Cote d’Ivoire to celebrate the adoption of Abidjan Principles.

Professor Ann Skelton, chair of the Drafting Committee, and UNESCO Chair of Education Law in Africa, with Madame Kombou Boly Barry, UN Special Rapporteur on the right to education, present a drawing by artist Yannick Ackatchy to the Minister of Education, Cote d’Ivoire to celebrate the adoption of Abidjan Principles.

A French version below/ Une version française ci-dessous.

(13 February 2019, Abidjan, Côte d’Ivoire): A group of human rights experts from around the world adopted the Abidjan Principles on the right to education today, following three years of consultations, reflection and drafting. The Abidjan Principles seek to strengthen existing efforts to ensure that everyone’s right to education is protected in the context of growing, and often unregulated private actor involvement in education.

Professor Ann Skelton, who chaired of the Drafting Committee, and holds the UNESCO Chair of Education Law in Africa, said: ‘Until today, those responsible for ensuring the right to education lacked clarity on what international human rights law says about private actor involvement in education, often leading to inadvertent and preventable adverse impacts.

The Abidjan Principles compile and reassert the legal obligations of states in one document. They have been developed to respond to the well-evidenced, detrimental impacts that are often the result of the commercialisation of education.’

Echoing this, Dr Kombou Boly Barry, the UN Special Rapporteur on the right to education, one of the experts who was consulted, said: The Abidjan Principles are legally rigorous and tackle the very real challenges in providing inclusive free, quality public education, making them indispensable to any state that takes the right to education seriously.

The Abidjan Principles unpack States’ obligation to provide public education, to respect liberties and dignity in education, and to regulate private actors in education.

Samuel Dembele, the chair of ANCEFA, commented, ‘The Abidjan Principles arm us with the necessary tools to tackle the issue locally, while also connecting to the larger, systemic challenges presented by the privatisation of education.

As well as their utility for States, the Abidjan Principles will be invaluable to those striving to hold States accountable when they fail to ensure that private actors respect the right to education.

The deputy mayor of Grand-Bassam, where the meeting took place, Siaka Traoré, declared: ‘Grand-Bassam is proud to have hosted this validation conference for the guiding principles for the implementation of the right to education, which will allow us to move faster towards the free quality education for all. It was a true pleasure for me to take part in the opening and closing ceremonies.’

The drafting of the Abidjan Principles was led by a drafting committee made up of nine internationally-renowned experts. A further 20 experts were present in Abidjan to review and adopted the text. Additional experts that were not able to be in Abidjan are expected to sign the text soon, which will also be open to endorsements from civil society organisations and other actors.

The final text of the Abidjan Principles will be available after copy-editing around mid-March.

Launch events will be organised throughout 2019. Details will be shared at www.abidjanprinciples.org.

 Media Contacts:

For press releases in other languages, images, and videos www.abidjanprinciples.org/media.


Nouveaux Principes d’Abidjan historiques sur le droit à l’éducation et les acteurs privés adoptés

(13 février 2019, Abidjan, Côte d’Ivoire) : Un groupe d’experts du monde entier a adopté aujourd’hui les Principes d’Abidjan sur le droit à l’éducation, après trois années de consultation, de réflexion et de rédaction. Les Principes d’ Abidjan visent à renforcer les efforts existants pour assurer que le droit à l’éducation de chacun.e soit protégé dans le contexte de l’accroissement, et souvent de la non-régulation, de l’implication des acteurs privés dans l’éducation.

Professeure Ann Skelton, qui préside le Comité de rédaction, et la Chaire UNESCO sur la loi relative à l’éducation en Afrique, a affirmé : “Jusqu’à aujourd’hui, ceux qui sont responsables de garantir le droit à l’éducation manquent de clarté sur ce que le droit international des droits de l’Homme dit concernant l’implication des acteurs privés dans l’éducation, conduisant souvent à des effets négatifs involontaires et évitables.”

Samuel Dembele, le président d’ANCEFA, a ajouté: “Les Principes d’ Abidjan compilent et réaffirment les obligations juridiques des Etats dans un document. Ils ont aussi été développés pour répondre aux impacts néfastes et bien documentés qui sont souvent le résultat de la commercialisation de l’éducation.”

En écho, Dr Kombou Boly Barry, la Rapporteure spéciale des Nations-unies sur le droit à l’éducation, une des experts consultée, a déclaré : “Les Principes d’ Abidjan sont juridiquement rigoureux et s’attaquent à des défis très réels dans la délivrance d’une éducation publique gratuite, inclusive de qualité, en faisant un outil indispensable à tout Etat considérant sérieusement le droit à l’éducation.”

Les Principes d’Abidjan explicitent les obligations des Etats de fournir une éducation publique, de respecter les libertés et la dignité dans l’éducation, et de réguler les acteurs privés dans l’éducation.

Paul Gnelou, Président du Conseil d’administration du Réseau Ivoirien pour la Promotion de l’ Education Pour Tous, a commenté : “Les Principes d’ Abidjan nous arment avec les outils nécessaires pour s’attaquer au problème localement, tout en connectant avec les défis plus larges et systémiques que posent la privatisation de l’ éducation.”

Au delà de leur utilité pour les Etats, les Principes d’ Abidjan seront précieux pour ceux qui s’efforcent de rendre les Etats redevables quand ils manquent à leur obligation d’assurer que les acteurs privés respectent le droit à l’éducation.

Le Maire Adjoint de Grand-Bassam, où s’est tenue la rencontre, Siaka Traoré, a déclaré: ‘Grand-Bassam est fière d’abriter les travaux de validation des principes directeurs pour la mise en œuvre du droit à  l’éducation, qui nous permettront d’aller plus vite vers l’éducation de qualité pour tous et toutes. C’est avec un réel plaisir que j’ai pris part aux cérémonies d’ouverture et de clôture de l’atelier sur les principes directeurs pour la mise en œuvre du droit à l’éducation.’

La rédaction des Principes d’Abidjan a été menée par un comité de rédaction composé  de neuf experts internationaux renommés. Vingt autres experts étaient présents à Abidjan pour revoir et adopter le texte. D’autres experts qui ne pouvaient pas être présents à Abidjan sont attendus pour signer le texte prochainement, qui sera également ouvert à l’approbation des organisations de la société civile et des autres acteurs.

Le texte final des Principes d’Abidjan sera disponible après relecture à la mi-mars 2019.

Des évènements de lancement seront organisés tout au long de 2019. Les détails seront disponibles sur le site des Principes d’Abidjan : www.abidjanprinciples.org.

 Contacts presse :

Pour les communiqués de presse dans d’autres langues, les images et les vidéos : www.abidjanprinciples.org/media

  • Sylvain Aubry (FR/EN), Conseiller juridique et politique, Initiative mondiale pour les droits économiques, sociaux et culturels : +254 7 88 28 96 34 / +33 7 81 70 81 96 / sylvain@globalinitiative-escr.org

  • Delphine Dorsi (FR/EN/ES), Directrice, Initiative pour le droit à l’éducation : delphine.dorsi@right-to-education.org

  • Salima Namusobya (EN), Directrice exécutive, Initiative pour les droits sociaux et économiques : dir@iser-uganda.org

  • Rubeena Parker (EN), Responsable de la recherche, Equal Education Law Centre: rubeena@eelawcentre.org.za

  • Solomon Sacco (EN), Directeur adjoint, Programme sur les lois et politiques, Amnesty International : solomon.sacco@amnesty.org